Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 11 mars 2020 - 17:15 - Mise à jour le 20 mars 2020 - 18:46
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Don de Bill Gates contre le coronavirus, « missionwashing », VivaTech… La revue de presse du 12 mars

Que fallait-il retenir de l'actualité de l'engagement cette semaine ? Voici les articles que la rédaction de Carenews a sélectionnés pour vous.

Crédit photo : artisteer.

Face à l’épidémie de coronavirus, le monde de la philanthropie commence à se mobiliser. Ce 10 mars, la fondation Bill & Melinda Gates a annoncé qu’elle ferait un don de 50 millions d’euros pour la recherche d’un traitement. Une somme attribuée à « une douzaine de grandes sociétés pharmaceutiques et de petites entreprises de biotechnologies », a expliqué le président de la fondation Trevor Mundel, pour un traitement qui devra être disponible dans le monde entier. Les groupes caritatifs de Wellcome et Mastercard ont de leur côté donné respectivement 50 et 25 millions de dollars. Un bon début, même si traitements et vaccins ne pourront être prêts avant de nombreux mois voire de nombreuses années, rapporte le Huffington Post.

Le salon technologique européen VivaTech aura-t-il bien lieu comme prévu du 11 au 13 juin 2020 ? Maurice Lévy, PDG de Publicis group, l’a assuré lors de la conférence de présentation de l’édition 2020. Et annoncé qu’elle mettrait en avant la « Tech for planet », les solutions technologiques répondant aux enjeux sociaux et environnementaux. Des startups engagées viendront présenter leurs travaux, parmi lesquelles « Hydraloop, solution domestique de recyclage d'eau usée, les Merveilloeufs, le tout premier œuf de substitution fabriqué à base de végétaux et de minéraux, ou encore la "Tower Garden" de la start-up Cueillette Urbaine, une sorte de tour végétale dix fois plus productive qu'une exploitation agricole classique ».

dossier

Conséquence du vote de la loi Pacte, depuis janvier 2020, les entreprises peuvent décider de se doter d’une « mission » à mener, ayant un impact positif pour la société et/ou l’environnement. Comme Léa Nature ou le groupe Rocher, qui ont sauté le pas, de nombreuses entreprises prévoient de se doter d’une mission. Mais plusieurs experts interviewés par 20 Minutes alertent sur le risque de « missionwashing ».

« ‘On risque d’avoir une belle idée qui risque d’être utilisée par des entreprises qui veulent se faire mousser’, reconnaît Martin Richer, consultant au cabinet Management & RSE. Il confie avoir ‘beaucoup de sollicitations d’entreprises qui veulent utiliser ce titre de manière commerciale’. »

Le saviez-vous ? Les personnes bénévoles peuvent bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu si elles choisissent de ne pas se faire rembourser les frais engagés dans le cadre de leur vie associative. Capital vous explique les détails de cet avantage fiscal compensant les frais de matériel ou encore de déplacement engendrés avec le bénévolat.  

« La réduction d’impôt n’est possible que dans le cas où l’association entre dans l’une de ces catégories : œuvres ou organismes d'intérêt général, fondations ou associations reconnues d'utilité publique, établissements d'enseignement supérieur ou d'enseignement artistique, organismes agréés par le ministre chargé du budget et ayant pour objet exclusif de participer, par le versement d'aides financières, à la création d'entreprises, ou encore associations cultuelles et de bienfaisance. »

Sur la plateforme de financement participatif WiSEED, qui permet notamment de financer les énergies renouvelables ou les coopératives, les femmes constituent seulement 13 % des investisseurs. Dans une tribune publiée sur Maddyness, les collaboratrices de WiSEED s’interrogent sur les raisons de cet écart, remarquant que les investisseuses semblent plus prudentes, mais également plus sensibles aux valeurs et au sens des produits choisis. Et de plaider « pour un meilleur investissement au féminin, totalement décomplexé », afin que les femmes soient « maîtresses de leur argent et de leurs investissements ».

Six événements par semaine, une fondation et un fonds de dotation, une diversité de propositions… Et 17,4 millions d’euros de mécénat collectés en 2019, voire 23,7 millions d’euros en incluant les places et programmes achetés, les espaces loués ou encore le mécénat de compétences. Les Echos dresse le portrait de l'Association pour le Rayonnement de l'Opéra de Paris (Arop), qui compte aujourd’hui près de 4 500 mécènes, particuliers ou entreprises, et contribue au budget de production de l'Opéra de Paris à hauteur de 40 %. « Sans l'Arop, nous n'aurions pu aller aussi loin dans l'innovation, le rayonnement international, l'ouverture à d'autres publics », salue le directeur général de l’Opéra de Paris Stéphane Lissner.

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer