Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 13 février 2020 - 18:10 - Mise à jour le 13 février 2020 - 18:34
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

La revue de presse par Carenews : semaine du 10 février

La tribune du collectif Alerte pour la revalorisation du RSA et des APL, le « name and shame » du gouvernement sur les discriminations à l’embauche, le Festival OFF d’Avignon qui veut se mettre au vert… Voici les sujets à la une de notre revue de presse cette semaine.

Crédit photo : artisteer.
  • « Pauvreté : 'Comment peut-on vivre dignement avec 560 euros par mois ?’ »

Le collectif d’associations Alerte (Uniopps, FAS, Emmaüs, ATD-Quart Monde, Secours catholique) a signé une tribune dans Le Monde le 12 février. Et ce pour alerter le gouvernement sur les effets de sa politique (diminution des APL, durcissement des conditions d’accès aux allocations-chômage) sur les ménages les plus défavorisés et qui se paupérisent. Il appelle notamment à une revalorisation des APL et du RSA, dans l’attente de la création du RUA, et défend la mise en place d’un revenu d’existence d’au moins 870 euros par mois. 

Les associations appellent le gouvernement à une revalorisation immédiate et significative du revenu de solidarité active (RSA) et des aides personnalisées au logement (APL) pour redistribuer du pouvoir d’achat aux millions de Français qui en ont le plus besoin et qui subissent les privations les plus sévères. »

  • « Les grands patrons veulent pouvoir léguer davantage »

Dans Paris Match, Henri Lachmann, ancien PDG de Schneider Electric, Xavier Niel, fondateur d’Iliad, et Claude Bébéar, d’Axa, ont défendu la liberté de léguer une plus grande part de leurs fortunes à des associations ou des fondations. Leur prise de parole intervient alors que les députées Sarah El Haïry (MoDem) et Naïma Moutchou (LREM) devaient remettre le 10 février un rapport sur la philanthropie au premier ministre. L’objectif de ce rapport : modifier certaines dispositions de la réglementation sur l’héritage, notamment celle concernant la part réservée par la loi aux descendants du défunt, pour favoriser la philanthropie et pallier la diminution croissante du nombre de donateurs. 

  • « Testing et ‘Name and Shame’ : un cocktail efficace pour relancer le débat sur les discriminations à l’embauche »

Anne-Catherine Husson-Traore de Novethic salue l’initiative de « name and shame » du gouvernement. Il a épinglé sept entreprises pour leurs pratiques de recrutement discriminantes, à la suite d’une vaste campagne de testing, lancée en février 2019 pour mesurer les pratiques de discrimination à l’embauche. Ici, c’est le nom, à consonance maghrébine, qui a été choisi comme critère. « Air France, Renault ou Accor sont des entreprises emblématiques françaises. C’est dommage qu’elles n’aient pas saisi l’opportunité d’utiliser les démarches de Responsabilité sociétale des entreprises (RSE), qui consistent à s’engager à améliorer ses pratiques », déplore la directrice générale de Novethic.

  • « Les entreprises ont encore du mal à embrasser les personnes LGBT+ »

La Tribune s’est livrée à une analyse du deuxième baromètre imaginé par l’association L’autre cercle pour mesurer le niveau d’inclusion des personnes LGBT+ dans les entreprises. Le site constate que, si la situation s’améliore dans les structures signataires de la Charte d'Engagement LGBT+ lancée en 2013 par l’association, d’importants efforts restent encore à faire pour renforcer leur visibilité et leur inclusivité dans toutes les structures. Et de conclure : 

 Lieux de socialisation privilégiés, les entreprises ont un rôle clé à jouer dans l'évolution de l'ensemble de leurs collaborateurs et collaboratrices, et partant, de la société toute entière, en ce qui concerne l'accueil de la diversité et des personnes LGBT+. »

  • « Avignon : le festival off se veut plus vert et va bannir l’affichage sauvage »

Réduire son impact environnemental, c’est le défi que s’est lancé le Festival OFF d’Avignon. Limitation des tracts imprimés, interdiction de l’affichage sauvage, installation d’ampoules LED dans les théâtres…, voilà les mesures que l’événement se propose de mettre en place cette année, comme nous l’apprend Franceinfo

  • « Le gouvernement va expérimenter des protections périodiques gratuites pour les femmes précaires»

Le 11 février, les cabinets de Marlène Schiappa et de Christelle Dubos ont annoncé la mise en place en 2020 d’une expérimentation pour la distribution de protections hygiéniques gratuites pour les femmes en situation de précarité, rapporte Le Monde. Elles seront mises à disposition dans des lieux collectifs et pourront être récupérées grâce à des cartes prépayées. Pour rappel, selon l’association Règles élémentaires, 1,7 million de femmes sont victimes de précarité menstruelle. 

  • « De A à E, l'impact environnemental de chaque vêtement bientôt noté sur les étiquettes »

Il existait le Nutri-Score pour noter la qualité nutritionnelle des aliments. Bientôt, il existera le même type de notation pour les vêtements. Le gouvernement planche actuellement sur la mise en place d’un étiquetage affichant l’impact environnemental des habits neufs vendus en magasin. Les notes iront de A, pour les acteurs de l’industrie les plus vertueux, à E, pour les plus en retard. « L'idée de cette mesure, issue de la loi anti-gaspillage promulguée ce mardi, est de donner une indication au consommateur au moment de son achat [sur les caractéristiques environnementales du produit] » a expliqué le cabinet de Brune Poirson, secrétaire d’État au ministère de la Transition écologique à L'Express

« Ces banques françaises qui financent la destruction des forêts mondiales »

Ne pas prêter aux entreprises qui participent à la déforestation, c’est devenu la nouvelle forme d’engagement des banques. Pourtant, comme le révèle une étude de l’ONG Global Witness, certaines d’entre elles n’hésitent pas à aller à l’encontre de leurs promesses. Parmi lesquelles, trois banques françaises (BNP Paribas, Natixis, Crédit Agricole), comme l’indique Up-Magazine. « Ces banques affichent une vertu en façade mais financent, en coulisse, la destruction des plus grands massifs forestiers du monde », dénonce le site.

« À Paris, Agnès b. ouvre 'La Fab.’, son nouveau lieu dédié à l'art contemporain »

Le dimanche 2 février, la styliste et mécène Agnès B a ouvert « La Fab. » dans le XIIIe arrondissement de Paris. Le concept : un espace de 1 400 mètres carrés dédié uniquement à l’art contemporain. Un lieu au style « simple, épuré, l'architecte ayant pris soin de travailler les tons sur quatre nuances de blanc », selon Challenges, qui précise que « La Fab. » mettra également en lumière les actions environnementales et solidaires de la collectionneuse.

Audrey Parvais 

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer