Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 8 avril 2020 - 14:03 - Mise à jour le 8 avril 2020 - 14:03
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

#PrenezSoinDeVous : le confinement d'Alicia Izard

La crise sanitaire liée à la pandémie du Covid-19 (coronavirus) nous oblige tous à rester confinés afin de protéger les plus fragiles et notre système de soin. Le média est vecteur d’informations, mais aussi créateur de lien. Aussi, chez Carenews, nous lançons une série de discussions quotidiennes entre confinés. « Prenez soin de vous » crée une rencontre engagée et permet une aération virtuelle. Aujourd’hui, on se rend chez Alicia Izard, directrice mécénat et investissements citoyens des entreprises pour la Cité et administratrice de l'association Le Filon.

#PrenezSoinDeVous : le confinement d'Alicia Izard
  • Alicia, à quoi ressemble votre confinement ?

Studieux ! Avec mon compagnon, nous sommes restés sagement chez nous, en région parisienne. Nous bossons à 100 % – en télétravail pour ma part et un jour sur deux en présentiel de son côté. Le principal effet étant que ne voyons plus les heures passer et travaillons encore plus, le challenge est de retrouver un équilibre vie pro/perso !

Techniquement, nous sommes confinés dans mon petit appartement, mais profitons d’un balcon au dernier étage plein sud, donc beaucoup de soleil pour le moral et une place de choix pour participer aux applaudissements du soir, que je ne manque sous aucun prétexte.

  • Qu'est-ce que vous faites pour vous changer les idées ?

Sans surprise, je passe beaucoup de temps au téléphone avec mes proches et joue davantage avec Max, notre furet, qui est ravi de m’avoir à la maison toute la journée. J’en profite aussi pour apprivoiser certains basiques comme la cuisine où je fais d’énormes progrès ;) 

Le reste du temps, ce qui me (re)donne le sourire, c’est de faire un métier qui a du sens pour moi, d’avancer main dans la main avec les fondations et entreprises qui s’engagent, et de pouvoir compter sur une équipe ultra impliquée et passionnée, qui travaille sérieusement, sans se prendre au sérieux ! 

  • Un conseil pour prendre bien soin de soi ?

Prendre soin des autres, c’est déjà se faire du bien. Alors je reste au maximum en lien avec mes proches – notamment les plus vulnérables, comme mes grands-parents et les femmes sans abri accompagnées par le Filon (une merveilleuse association où j’ai le plaisir de m’investir comme bénévole et administratrice) ou ceux qui sont en première ligne comme Fanny, ma cousine infirmière, dont la « cool attitude » et le relativisme permanents cachent comme pour ses collègues, beaucoup de courage, une bonne dose de dévouement et une grande force de caractère.

Cela me permet de rester connectée au réel tout en évitant les chaînes d’info / réseaux sociaux et de relativiser largement la pénibilité du confinement, car j’ai conscience qui si nous comptons parmi les privilégiés, c’est avant tout grâce à ceux qui, sans faire parler d’eux, œuvrent quotidiennement pour nous protéger, et à qui je tiens à exprimer une gratitude et une admiration infinies.

  • Une lecture / un film / une série / un podcast / un compte à suivre / une musique / qui vous a redonné le sourire ? Ou plusieurs ! 

L’intégrale des films de Miyazaki ! Un régal pour les yeux, les oreilles et très bon aussi pour le karma, on en regarde à volonté. Côté musique, quelques favoris qui me donnent du peps : la cover de "Hey Ya" par Obadiah Parker ; It's Raining Men, version Weather Girls ; n’importe quel titre de Claude Nougaro, Bernard Lavilliers ou Niagara… J’ai aussi découvert une chaîne youtube sympa et très ludique : Dirty Biology.

  • Une idée pour continuer à s'engager depuis son canapé ?

Il y a mille manières de s’engager ! En donnant de son temps, avec des plateformes comme www.enpremiereligne.fr, www.covid19.reserve-civique.gouv.fr/ou encore www.confines-engages.fr/.

Le don financier est aussi crucial dans ces moments de crise, comme l’illustre le mouvement #20h05JeDonne lancé grâce à l’alliance de plateformes de crowdfunding habituellement concurrentes. 

Sans oublier les choses les plus simples, les plus essentielles : prendre des nouvelles de ses voisins ou de personnes vulnérables, les écouter, leur proposer de l’aide… 

  • Une bonne nouvelle repérée pendant cette crise (et qui serait passée sous les radars) ?

La principale bonne nouvelle pour moi, c’est la résilience que l’on peut observer un peu partout ! La nature qui a rapidement repris ses droits suite au replis des hommes, la société civile qui s’organise face à l’urgence et trouve chaque jour de nouvelles solutions, les citoyens qui se responsabilisent, apprennent à vivre avec le confinement et à en relativiser les tracas quotidiens (nos voisins semblent d’ailleurs plus attentifs aux autres et plus tolérants… pourvu que ça dure !). 

Les initiatives se multiplient aussi dans le secteur privé, avec une très forte mobilisation des collaborateurs d’entreprise, qu’il faut saluer. Pour n’en citer que quelques unes du côté de nos membres :

  • L’Alsacienne de restauration, qui a offert 500 repas à la Croix-Rouge, cuisine tous les jours des repas pour les enfants du personnel soignant de Mulhouse et a fait don de 500 sur-blouses pour les hôpitaux alsaciens
  • Armor, qui a conçu avec la filiale de valorisation de l’Université de Nantes, des visières de protection pour le personnel soignant du CHU de Nantes et de l’AP-HP et vise une production de plus grande envergure destinée à équiper d’autres professionnels très exposés
  • ST Microelectronics, dont les sites de Crolles et Grenoble, qui fabriquent habituellement des puces électroniques, se sont mis à produire des produits d’hygiène médicale, avec déjà plus de 3 700 charlottes, 2 500 combinaisons, 1 000 masques et 650 litres de gel hydroalcoolique distribués aux personnels soignants en Isère
  • Schneider Electric, Air Liquide, Groupe PSA et Valeo qui se sont réunis en consortium pour produire des respirateurs en réponse à la demande du Gouvernement
  • Cdiscount qui a fait don de 60 000 masques au CHU de Bordeaux et à l’hôpital Bergonié, en plus de divers dons matériels comme des tablettes pour élèves confinés non équipés, ou encore un financement spécifique fléché vers un fonds d’urgence local dédié aux plus précaires via le fonds de dotation territorial Bordeaux Mécènes Solidaires… 
  • Une proposition pour changer le monde après le confinement ? Et pour construire le jour d'après.

Cette période est une occasion de se poser les bonnes questions. Je rêve d’une initiative pour revaloriser les métiers fondamentaux et paradoxalement dévalorisés de nos soignants, éboueurs, agriculteurs ou enseignants. Parce que l’on compte sur eux, parce qu’ils permettent à notre société de fonctionner et parce que la crise sanitaire nous rappelle leur importance. Aujourd’hui on en prend conscience. J’espère qu’on ne les oubliera pas « après » et que l’on pourra leur offrir mieux en retour.


Suivre Alicia Izard sur Twitter et LinkedIn

Suivre l'actualité des entreprises pour la Cité et du Filon.

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer