Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 18 janvier 2023 - 12:00 - Mise à jour le 27 janvier 2023 - 10:27
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Angèle, Pomme, Clara Luciani : une nouvelle génération de chanteuses francophones engagées ?

Féminisme, droits des personnes LGBT, écologie, antiracisme… Pomme, Clara Luciani, Yseult font partie des chanteuses dont la création aborde ces thématiques qui les touchent au quotidien. Quelles sont les formes d’engagement de cette génération de jeunes chanteuses francophones ? Explications.

Crédits photo : iStock.
Crédits photo : iStock.

 

Balance Ton Quoi, d’Angèle est peut-être l’exemple le plus connu des chansons engagées portées par une nouvelle génération de chanteuses francophones. L’artiste belge y dénonce les discriminations à l’égard des femmes et le sexisme. Comment se traduit, au-delà des chansons explicitement militantes, l'engagement de ces autrices-compositrices ?   

Engagements multiples 

Pomme raconte les écosystèmes dans les oiseaux ou les séquoias. Angèle condamne « les bleus (…) quand il se met en colère », dans Tempête tandis que Clara Luciani parle des violences faites aux femmes en chantant que « l’amour ne cogne que le cœur ». Yseult n’a « que faire » du regard des autres sur son corps, dans le titre éponyme. « Est-ce qu’on va un jour en finir avec la haine et les injures ? », demande Hoshi dans Amour censure au sujet de son homosexualité. Dans leurs chansons, ces chanteuses s’expriment sur les causes qui les touchent.

 

« L’artiste peut-elle s’inscrire dans la cité autrement que dans son art » ? C’est en tous cas ce que revendique Camélia Jordana sur Instagram en 2021, alors qu’elle est critiquée en ligne pour ses prises de paroles féministes ou antiracistes. D’autres semblent partager cette opinion. Clara Luciani est la marraine de la Maison des Femmes, à Marseille, lieu d’accueil et de prévention pour les femmes victimes de violences. Pomme incite sur Twitter à aller voter à l’élection présidentielle de 2022 « pour l’avenir des moins favorisés et du climat ». Au cours de la cérémonie des Victoires de la Musique 2021, Yseult revendique une « colère légitime » en tant que « femme noire (…) et grosse ». 

 

Une spécificité des jeunes chanteuses pop francophones ?

Chloé Thibaud raconte l’histoire du féminisme dans la chanson, dans son livre Toutes Pour La Musique (Hugo Image, 2022). Elle rappelle que ces chanteuses sont autrices-compositrices. Ainsi, contrairement à la plupart de leurs prédecesseures, elles « contrôlent l’intégralité de ce qu’elles chantent ». Les textes ne sont « pas forcément politique[s] », mais « il est logique que » les valeurs que ces femmes défendent «  se retrouvent dans ce qu’elles écrivent ». « Leur source d’inspiration, c’est le monde qui les entoure, c’est leur propre expérience de femme, leur vie personnelle », dont fait partie le sexisme, mais aussi la grossophobie ou le racisme. La « façon dont elles gèrent leur image » est encore plus centrale. Par exemple, se montrant avec des poils sous les aisselles, Angèle effectue « un geste féministe assez radical ». 

« L’engagement des femmes en chanson existe depuis toujours », précise Chloé Thibaud. Ce qui a changé, « c’est qu’on prête davantage l’oreille à ces textes-là ». Par ailleurs, selon des « constats empiriques », « il n’y a pas un genre musical qui soit exempt du sexisme et des discriminations ». La visibilité offerte par la pop, le rap et le rock « par essence revendicatifs » facilitent par contre la transmission de messages. Enfin, la « culture de la langue » française explique l’importance accordée aux textes par cette nouvelle génération de chanteuses. Aux Etats-Unis, par exemple, « les combats passent bien plus par l’image » et la richesse matérielle.

 

Célia Szymczak 

Fermer

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer