Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 18 juillet 2022 - 16:00 - Mise à jour le 19 juillet 2022 - 18:11
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Z Event 2022 : 5 associations désignées à la place de la Fondation GoodPlanet

Plus d’un million de spectateurs et 10 millions d’euros de dons pour Action contre la Faim. Le marathon caritatif de streaming « Z Event » a beaucoup fait parler de lui l’année dernière et son édition 2022 était attendue avec impatience par le public et le milieu associatif. Mais son lancement a été marqué par des polémiques autour de la Fondation GoodPlanet, finalement évincée. Explications.

Z Event 2022 : 5 associations désignées à la place de la Fondation GoodPlanet. Crédit photo :Yaroslav Astakhov.
Z Event 2022 : 5 associations désignées à la place de la Fondation GoodPlanet. Crédit photo :Yaroslav Astakhov.

 

Le rendez-vous est enfin fixé. Du 8 au 11 septembre, une soixantaine de streamers se réuniront au Zénith de Montpellier pour participer à l’édition 2022 du Z Event. Si ZeratoR, un des coorganisateurs, avait annoncé le 4 juillet que les fonds seraient reversés à la Fondation GoodPlanet, les internautes en ont décidé autrement. Reprochant à l’association son greenwashing, ils ont protesté contre ce choix et ont finalement été appelés à voter pour d’autres organisations. Les cinq noms ont été annoncés le 13 juillet : Sea Shepherd France, la Ligue pour la protection des oiseaux, WWF France, Time For The Planet et The SeaCleaners.

 

La Fondation GoodPlanet sévèrement critiquée

 

Dès l’annonce du Z Event 2022, le public a déchanté. Gotaga, Joueur du Grenier ou encore Squeezie : de nombreux streamers connus et attendus par les spectateurs ne participeront pas à l’événement. Si des « problèmes de calendrier » sont rapidement évoqués, certains n’hésitent pas à pointer du doigt la présence de la Fondation GoodPlanet.

C’est le cas de la streameuse Maghla. Sur Twitter le 7 juillet dernier, elle explique : « J’ai refusé par rapport à l’association qui ne me convenait pas. » Des critiques reprises également par des streamers qui ont pourtant annoncé leur participation à l’événement. Lors d’un live vidéo le 10 juillet, après l’annonce du retrait de GoodPlanet, Antoine Daniel révèle son malaise : « Il y a eu beaucoup d’histoires autour des NFT. Ils ont eu des partenaires douteux type Total et compagnie. Et en plus de ça, il font la promotion de la biodynamie qui est une pseudo-science. J’avais un petit peu de mal à me motiver et à me dire que j’allais lever des fonds pour ça. »

Rapidement, les contestations de la Twittosphère s’accumulent. Plusieurs raisons expliquent ce bad buzz. L’objectif du Z Event 2022 étant de soutenir la cause écologiste, on reproche à la Fondation GoodPlanet son greenwashing. Les partenariats et les soutiens de la fondation, pour beaucoup des multinationales dans le domaine de la banque ou de l’énergie, font polémique.

Les internautes s’alarment également de l’usage par la fondation des NFT pour lever des fonds. Ils s’inquiètent de la place qu’elle accorde à la biodynamie. Celle-ci regroupe des pratiques dont certaines s’apparentent à de l’agriculture biologique tandis que d’autres versent, comme le rappelle Marianne, dans une pensée magique en lien avec l’anthroposophie. Cette « néo spiritualité » présente, aux yeux de l’État français, un risque de dérive sectaire.

 

Du bad buzz à la volte-face

 

La Fondation GoodPlanet a d’abord cherché à répondre à ces polémiques. Albane Godard, directrice générale de l’association monte au créneau et justifie : « Nous faisons le choix d’embarquer le maximum d’acteurs dans la transition écologique et solidaire pour ne pas rester entre convaincus. »

Les tentatives d’apaisement de la fondation se multiplient sur Twitter en réponse aux préoccupations récurrentes des internautes. « Total n’est pas un mécène de la fondation, mais nous lui permettons de s’inscrire dans une démarche de contribution à la neutralité carbone », « la Fondation GoodPlanet ne crée pas de NFT » ou encore « La Fondation GoodPlanet ne soutient aucun mouvement ésotérique et condamne fermement toute dérive sectaire ».

Dans un premier temps, le Z Event ne revient pas sur sa décision. Depuis son Twitter, ZeratoR se déclare « abasourdi par la méchanceté de certains autour d’un évènement caritatif gratuit ». C'est finalement la Fondation GoodPlanet elle-même qui fait volte-face. Le 9 juillet, Albane Godard annonce : « Parce que la cause écologique ne doit pas souffrir de polémiques inutiles à l’heure où il est temps d’agir, nous avons décidé de nous retirer du Z Event 2022. »

 

Répondre à la polémique en proposant un vote

 

Qui pour remplacer le bénéficiaire d’origine ? La réponse n’avait rien d’évident. Comme l’a expliqué ZeratoR, le 9 juillet, via un communiqué : « Il est clair que l’association choisie cette année ne vous a pas convaincus, mais aussi qu’aucune association citée ne fait consensus. » Les internautes étaient donc appelés à s’exprimer lors d’un vote en ligne lancé le dimanche 10 juillet. Il s’agissait de départager 22 associations « structurellement capables » de recevoir des sommes importantes et toutes engagées pour l’écologie. Les cinq lauréates ont été révélées par ZeratoR, le 13 juillet.

En tête des votes, on retrouve Sea Shepherd France. Cette ONG de défense des océans a beaucoup recours à l’action directe pour exposer les activités maritimes illégales et notamment celles qui mettent en danger la faune marine. Elle est talonnée dans le classement par la Ligue pour la protection des oiseaux.

En troisième position, WWF France, le Fonds mondial pour la nature engagé pour la protection de l’environnement et le développement durable. Viennent ensuite l’entreprise à mission Time For The Planet et l’association The SeaCleaners qui lutte contre la pollution plastique des mers et des océans.

 

Le Z Event en a-t-il fini avec les controverses ?

 

Les cinq associations sélectionnées ne pourront cependant pas faire l’unanimité et leurs « casseroles » sont déjà pointées du doigt par certains internautes. On peut citer le WWF qui en 2019, avait été accusé de soutenir des factions paramilitaires violentes dans le cadre de la lutte contre le braconnage.

Autre exemple pour le moins ironique : l'entreprise à mission sélectionnée a déjà été accusée de greenwashing. Time For The Planet, parce qu’elle entend financer « l’entrepreneuriat au service de l’urgence climatique », est accusée sur Twitter de soutenir la « croissance verte » et d’être « hyper focus sur les technologies avancées contre les gaz à effet de serre plutôt que la décroissance intelligente ».

Comment les organisateurs du Z Event vont-ils faire face à ces critiques ? ZeratoR a été très clair sur le sujet : « L’association parfaite n’existe pas. » Certaines sont trop petites pour gérer les dons, d’autres ont soutenu des actions illégales ou ont pris des positions controversées, par exemple sur le nucléaire.

« Comme je l’avais expliqué en live lors de l’annonce de l’évènement, le Z Event de cette année sera le dernier sur cette formule, le dernier de cette taille », a rappelé le coorganisateur dans son communiqué du 9 juillet. « Nous tenions absolument à porter le thème de l’écologie, […] s’il y a bien UNE chose qui fait consensus, c’est l’urgence. »

« On ne changera pas le passé/présent d’une asso », a-t-il ajouté. Rassurant, il promet néanmoins que les équipes du Z Event seront très attentives à l’utilisation des fonds. « Construisons tous ensemble quelque chose d’utile et de fort, c’est le souhait qui nous anime en tant que streamers qui prenons part à cet évènement. »

 

Maxime Dhuin 

 

Fermer

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer