Aller au contenu principal
Par Carenews PRO - Publié le 5 mai 2020 - 12:00 - Mise à jour le 5 mai 2020 - 12:00
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

53 % des donateurs de moins de 35 ans ont fait un don lors de la crise sanitaire

La crise sanitaire liée au Covid-19 a permis de mettre en lumière plusieurs tendances en matière de don. En particulier, la propension très forte des jeunes à se mobiliser sur Internet au profit de causes qui les touchent.

Crédit photo : Dihandra Pinheiro.

Ils se mobilisent plus que leurs aînés. 53 % des donateurs de 18 à 35 ans en France ont fait un don lors de la crise sanitaire du Covid-19. Une proportion qui tombe à 45 % chez les 35-49 ans et avoisine les 30 % chez les plus de 50 ans. C’est ce que révèle le « 7e baromètre e-donateurs des usages numériques de dons » réalisé par l’Agence LIMITE et l’IFOP. Dans cette période de Covid-19, les jeunes donateurs ont principalement soutenu les plus démunis ; personnes isolées, SDF, migrants (34 %), puis le personnel soignant (32 %), le soutien à la recherche médicale n’arrivant qu’en troisième position (29 %).

Les cagnottes en ligne ont particulièrement recueilli leurs faveurs : 40 % des moins de 35 ans ont participé à une cagnotte de ce type au cours des 12 derniers mois. Mais le phénomène de prescription par des pairs a également une grande influence : 41 % des moins de 35 ans déclarent avoir fait un don à l’initiative d’un proche ou d’une personnalité. Ainsi, l’épisode du Covid-19 semble avoir suscité une mobilisation inédite chez ces jeunes donateurs, encore plus forte que l’incendie de Notre-Dame ou encore les feux en Amazonie, par exemple.

Un don en ligne installé dans le paysage caritatif français

L’étude montre par ailleurs que le don en ligne est bien installé dans le paysage caritatif : il concerne 28 % des Français (+ 5 points par rapport à 2010). « Marginal lorsque nous avons créé ce baromètre, le don en ligne (ou « e-don ») s’est, en 10 ans, installé dans les pratiques : 64 % des 46 % de Français qui déclarent donner à des associations le font par internet (19 % exclusivement et 45 % parfois par internet et parfois hors internet). Notre benchmark des présences digitales des 98 premiers acteurs caritatifs montre que ceux-ci ont su s’adapter à cette montée en puissance. L’enjeu est à présent de répondre à leurs deux publics de donateurs (seniors et millenials), tout en préservant leur cohérence de « marque tiers de confiance » et de prouver leur utilité, face à de nouvelles causes et de nouvelles formes d’engagements. », a commenté dans l’étude Laurent Terrisse, président de LIMITE. 

Au palmarès des associations les mieux notées sur leur présence en ligne, on retrouve Les Restos du Cœur en premier, la Croix-Rouge française en deuxième et Unicef France en troisième. Si les associations doivent réinventer leur communication pour s’adresser à cette nouvelle cible de donateurs, elle doit néanmoins le faire avec parcimonie car les donateurs de moins de 35 ans sont déjà 63 % à se déclarer sur-sollicités par les associations sur Internet.

La rédaction 

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer