Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 27 novembre 2020 - 10:00 - Mise à jour le 17 mai 2021 - 10:25 - Ecrit par : Lisa Domergue
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Collecte des Banques Alimentaires : un rendez-vous solidaire à ne pas rater en pleine crise sanitaire

C’est parti ! La collecte nationale des Banques Alimentaires démarre ce vendredi 27 novembre et durera, dans les magasins, jusqu’au dimanche 29 novembre. Trois jours de solidarité organisés chaque année par la Fédération Française des Banques Alimentaires. Pour cette édition particulière, marquée par la crise de la Covid-19 et l’explosion des besoins en termes d’aide alimentaire, 130 000 Gilets orange seront mobilisés dans 9 000 magasins participants. Les denrées alimentaires collectées seront ensuite redistribuées aux 5 400 associations partenaires.

Crédit photo : Fédération Française des Banques Alimentaires.
Crédit photo : Fédération Française des Banques Alimentaires.

 

Depuis 36 ans, la collecte nationale, organisée par la Fédération Française des Banques Alimentaires, est un rendez-vous clé de la solidarité. Elle se tiendra dans 9 000 magasins partenaires du 27 novembre au 29 novembre. À l’heure où les conséquences de la crise de la Covid-19 et des deux confinements sont conséquents, cette édition est plus que jamais nécessaire. 

Répondre à une demande en hausse 

Tous les acteurs de la solidarité partagent le même constat inquiétant : la  vague de précarisation de la population va s’amplifier au fil des mois. Neuf mois après le premier confinement, les associations estiment qu’un million de personnes ont basculé dans la précarité


À LIRE AUSSI : Reconfinement : comment les associations de distribution alimentaire et de maraude affrontent-elles la situation ?


Le Fédération Française des Banques Alimentaire anticipe d’ailleurs une hausse de la demande ces prochains mois, passant de 5,5 millions à 8 millions de bénéficiaires. À titre de comparaison, l’organisation comptait, avant la crise de 2008, 2,8 millions de bénéficiaires. Autre constat : depuis le premier confinement, la demande d’aide alimentaire a bondi de 20 à 30 % selon les territoires, et les stocks des Banques Alimentaires ont diminué de 23 % comme nous l’explique Claude Baland, le président de la Fédération Française des Banques Alimentaires : 

Nous faisons, cette année, face à des conditions particulières. Il faut reconstituer nos stocks, et surtout engendrer un maximum de dons alimentaires pour faire face à l’augmentation du nombre de bénéficiaires.

 

Les 79 Banques Alimentaires et les associations caritatives partenaires comptent donc sur cette opération qui permet de collecter en moyenne chaque année entre 11 000 et 12 000 tonnes de denrées alimentaires.

« Compenser la baisse des bénévoles occasionnels »

Malgré le confinement, toutes les Banques Alimentaires, à l’exception de six, ont répondu présentes pour maintenir la collecte nationale. L’absence des six antennes s’explique notamment par un nombre important de bénévoles âgés de plus de 70 ans (60 %). Des personnes à risque qu’il faut donc protéger, et ce, malgré l’urgence de la situation. 

130 000 bénévoles permanents sont mobilisés chaque année pour cette opération et répartis sur tout le territoire français. Il a donc fallu innover, comme le détaille Claude Baland : « Pour compenser la baisse des bénévoles occasionnels, nous avons notamment passé une convention avec la secrétaire d’État à l’Engagement Sarah El Haïry pour que des jeunes de la réserve civique, du Service National Universel et du syndicat étudiant UNEF soient mobilisés. »


À LIRE AUSSI : Sarah El Haïry : « Aujourd’hui, le besoin, c’est de répondre à la solitude et à la précarité »


Diversification des formes de la collecte

Innover pour que la collecte nationale rencontre le succès espéré, et ce, malgré la crise de la Covid-19, tel a été le défi qu’ont dû relever les Banques Alimentaires. Alors que l’opération repose habituellement sur une récolte physique des denrées alimentaires,  l’association propose, cette année, plusieurs solutions permettant de respecter les mesures de distanciation sociale et de limitation des déplacements. L’objectif ? Mobiliser un maximum de personnes, afin de collecter le plus de denrées alimentaires possibles.

Première nouveauté : l’ouverture, jusqu'au 14 décembre, de la plateforme monpaniersolidaire.org. Par ce biais, les citoyens peuvent, depuis chez eux, faire le don d’un panier virtuel pour un montant allant de six euros pour le « panier étudiant » à 137 euros pour le « panier famille nombreuse ». Ouverte depuis le 20 novembre, près de 300 000 paniers ont déjà pu être collectés virtuellement depuis son lancement. 

Capture d'écran de la plateforme monpaniersolidaire.org
Capture d’écran de la plateforme monpaniersolidaire.org. Crédit photo : Fédération Française des Banques Alimentaires.

 

Afin d'éviter au maximum les contacts physiques, les consommateurs pourront également faire don de titres-restaurant ou encore, toujours en suivant le principe de « paniers virtuels », faire un don directement en caisse. La somme récoltée par les magasins sera ensuite reversée à la Fédération Française des Banques Alimentaires.

La collecte représente 11 % du stock des Banques Alimentaires

Chaque année, les denrées alimentaires collectées durant cette opération nationale représentent 11 % des stocks de la Banque Alimentaire. Une part non négligeable qui s’ajoute aux invendus alimentaires donnés par les magasins alimentaires (44 %), les dons réalisés par les producteurs agricoles et industriels (22 %) et enfin les produits achetés par les Banques Alimentaires grâce aux fonds européens et fonds de l’État Français (23 %). 

Distribution des stocks aux associations caritatives

Les Banques Alimentaires n’ont pas vocation à distribuer directement ces denrées alimentaires aux bénéficiaires. Le réseau a en effet un rôle de collecte puis de partage entre les 5 400 associations et centres communaux d’action sociale partenaires. Hormis pour les denrées achetées grâce aux fonds européens et français, la Banque Alimentaire demande une contribution de solidarité aux associations.

Pour les associations partenaires, les Banques Alimentaires représentent une source d’approvisionnement importante, comme le démontre Thierry de Seguins-Cohorn délégué départemental de l’Ordre de Malte du Gard : « La moitié des denrées que l’on redistribue vient de la Banque Alimentaire du département. Pour un département, c’est véritablement la colonne vertébrale du système de distribution alimentaire. »

Il faudra cependant attendre la fin de l’opération pour savoir si la solidarité des Français a été au rendez-vous. Lorsqu’on demande à Claude Baland s’il est inquiet de l’impact de la crise sur la collecte nationale, ce dernier semble optimiste : « L’inquiétude est une perte d’efficacité. On sait que c’est une année particulière mais plusieurs éléments nous rendent optimistes. Par exemple, nous avons reçu en septembre, trois fois plus de dons de particuliers qu’en moyenne. »

 

Lisa Domergue 

Fermer

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer