Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 7 juillet 2021 - 12:00 - Mise à jour le 13 juillet 2021 - 12:03
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Des projets associatifs en faveur de l'égalité des chances

Découvrez une sélection de projets associatifs qui œuvrent pour l’égalité des chances dans les quartiers prioritaires de la ville sur tout le territoire français.

Des projets associatifs pour l'égalité des chances dans les territoires. Crédit : iStock
Des projets associatifs pour l'égalité des chances dans les territoires. Crédit : iStock

 

Pour parler d’égalité des chances, abordons ce sujet par le prisme du parcours scolaire des jeunes. En prenant en compte les études, débats et analyses sociologiques, on s'aperçoit souvent des fortes inégalités sociales qui dominent la société actuelle. Notamment pour les jeunes générations issues des territoires et des quartiers dits prioritaires. Face à ce constat, de nombreuses associations œuvrent pour lutter contre les inégalités sociales et offrir les mêmes chances à toute une génération. Nous avons sélectionné des exemples de projets associatifs qui font de l’égalité des chances des jeunes, une priorité.  

L’égalité des chances : un concept social

 

L’égalité des chances est un concept qui fait référence, très souvent, aux quartiers prioritaires de la ville (QPV). Ils existent sur tout le territoire français des quartiers très différents : en banlieues des mégapoles, dans des villes moyennes, des centres anciens dégradés, des communes périurbaines, d’anciennes cités minières, etc.  Selon le centre d’observation de la société, ces quartiers dits « prioritaires » sont des territoires où s’applique la politique de la ville qui vise à compenser les écarts de niveau de vie avec le reste du territoire. En clair, ce sont des quartiers où les revenus des habitants sont parmi les plus faibles. Ces 1 500 quartiers regroupent environ cinq millions de personnes, soit 8 % de la population française

L’égalité des chances est donc un sujet majeur de la politique de la ville, particulièrement pour les jeunes habitants de ces quartiers. Souvent confrontés à une situation sociale et environnementale dégradée, les jeunes issus des milieux dits défavorisés n’ont pas les mêmes chances d’accéder à un enseignement supérieur, souvent mal informés des possibilités qui s’offrent à eux. Ou tout simplement parce qu’ils ont du mal à imaginer et construire un projet personnel et professionnel. 

Comment gommer les inégalités sociales dans ces quartiers ? Le tissu associatif est un des leviers extraordinaires au service de la lutte contre les inégalités. De nombreuses entreprises, via leurs fondations, sont mécènes d’associations pour développer des programmes d’intérêt général. Voici notre sélection.

 

Des projets associatifs au coeur des territoires

 

  • Article 1 

Article 1 est une association engagée pour l'égalité des chances et le soutien des élèves issus de milieux populaires. Elle est née de la fusion de Passeport Avenir et de Frateli. Les missions de l’association sont dédiées à rendre la réussite scolaire et l’insertion professionnelle la plus égalitaire possible, et indépendante des origines sociales, économiques et culturelles. Les jeunes issus de quartiers prioritaires bénéficient d’un accompagnement qui va du bac-3 au bac+5. Il porte sur trois axes majeurs : l’orientation, la réussite dans les études et le développement personnel. Les programmes de mentorat et les ateliers ont touché près de 12 000 élèves et étudiants issus de milieux modestes. L’association ambitionne d’accompagner 100 000 jeunes chaque année. 

 

  • Le réseau des Écoles de la deuxième chance (E2C)

Les Écoles de la deuxième chance (E2C) sont des lieux de formation et d’accompagnement qui permettent à des jeunes de moins de 26 ans, sans diplôme ni qualification professionnelle, d’intégrer une école dédiée à la construction de leur projet d’insertion sociale et professionnelle. Les Écoles de la 2e Chance accueillent un public jeune en voie d’exclusion qui souhaite accéder à un métier choisi, soit par une formation soit par un accès direct à l’emploi. 

 

  • Télémaque 

Association créée en 2005, Télémaque accompagne des jeunes investis et motivés de territoires fragiles par le biais d’un double mentorat « école-entreprise ». Dans la filière générale, Télémaque est partenaire d’une centaine d’établissements scolaires (collèges et lycées). La sélection des filleuls Télémaque se fait parmi les élèves de 5ème et de 4ème, en concertation avec les chefs d’établissements et selon des critères sociaux, de mérite et motivationnels. Les jeunes sont suivis pendant six ans jusqu’à l’obtention de leur baccalauréat.

 

  • Chemins d’avenir 

L’association Chemins d’avenirs accompagne les collégiens, lycéens et étudiants de la France périphérique. Elle agit à travers un système de mentorat et la création d’un écosystème de réussite autour de ses filleuls, au sein de zones rurales et de villes petites et moyennes indépendamment des résultats scolaires ou de critères sociaux. L'association est implantée dans huit académies et 39 établissements. Les filleuls sont accompagnés pendant 18 mois, renouvelables, à hauteur de deux heures par mois. Cette méthodologie permet aux jeunes de rencontrer des étudiants, des professionnels et de découvrir des structures pour les aider à mieux s’orienter.

 

Par des fondations d'entreprises mécènes

 

  • Projet Banlieues de la Fondation BNP Paribas

Depuis 2005, la Fondation BNP Paribas renouvelle chaque année son appel à projets en faveur des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville (QPV). Le « Projet Banlieues » s’inscrit dans le mécénat de la fondation qui accompagne de nombreuses associations mobilisées au sein des quartiers prioritaires, dans de multiples domaines tels que l’éducation, l’insertion sociale et professionnelle ou encore l’amélioration du « vivre ensemble ». Entre 2006 et 2021, près de 900 associations locales ont été soutenues partout en France, en faveur de 750 000 bénéficiaires, avec un budget de 26 millions d'euros. Depuis 2019, le programme « Projet Banlieues » a élargi son périmètre d’action et couvre 80 % de la population résidant dans les QPV. Ce programme de mécénat s’appuie sur des partenaires historiques dont l’AFEV (Association de la Fondation Etudiante pour la Ville) pour l’accompagnement éducatif en soutien aux petites associations de quartier. Au total, 2 000 jeunes des quartiers prioritaires, chaque année, sont accompagnés individuellement par autant d’étudiants bénévoles de l’association.

Un appel à candidatures a lieu chaque année, la prochaine session s'ouvrira en 2022.

Exemple d’association soutenue ces dernières années : 

L’association LA CLÉ propose des cours individuels et gratuits en lecture et écriture pour des adultes illettrés ou analphabètes, des personnes étrangères, des scolaires (enfants et adolescents) du CP à la terminale rencontrant des difficultés. Ces cours sont dispensés par des formateurs bénévoles, encadrés et formés tout au long de la prise en charge par des professionnels permanents

 

  • La Fondation FDJ

La Fondation d’entreprise FDJ a sélectionné sept associations, en 2020, qu’elle soutiendra pendant deux ans, pour un montant global de 3,6 millions d’euros. Il s'agit d’associations qui oeuvrent pour l'égalité de chances dans les quartiers : l’Association de la Fondation étudiante pour la ville (Afev), Each one, Démos de la Philharmonie de Paris, le Réseau des écoles de la 2e  chance (E2C), l’Institut Télémaque, Sport dans la Ville et le Cartable fantastique. Dans le détail : 

Le projet « Accompagnement vers la lecture » de l’Afev est un programme de mentorat pour des enfants de maternelle et de cours préparatoire des quartiers populaires, en fragilité face à l’apprentissage de l’écriture et de la lecture. Des séances pédagogiques individuelles avec un étudiant bénévole permettent d’accompagner l’acquisition du langage et d’appréhender les sujets culturels avec plaisir grâce à des lectures et des jeux. L’objectif est d’essaimer ce dispositif dans onze nouvelles villes pour doubler le nombre d’enfants concernés.

Le projet « Chacun en mouvement » d’each One consiste à redonner vie aux projets professionnels de personnes réfugiées, avec l’aide d’étudiants et d’une pédagogie basée sur le jeu et un mode d’apprentissage ludique. D’une durée de trois mois, ce programme propose notamment des cours de français et d’anglais, et un accompagnement professionnel. L’objectif est de passer de douze à quarante-sept établissements partenaires pour accompagner plus de 1 400 réfugiés.

« Démos » de la Philharmonie de Paris est un dispositif d’éducation musicale et orchestrale à vocation sociale. Une nouvelle étape du développement de ce projet permettra à 6 600 enfants, issus de quartiers relevant de la politique de la ville ou de zones rurales insuffisamment dotées en institutions culturelles, d’en bénéficier.  

L’association Cartable fantastique est engagée en faveur des élèves qui souffrent notamment de dyspraxie, un handicap pour leur scolarité. L’association met à disposition des modules informatiques gratuits de manière à compenser l’utilisation de l’écriture manuscrite en milieu scolaire. L’objectif est de faciliter l’inclusion scolaire de 110 000 enfants, via huit modules de facilitation de l’écriture, des mathématiques et des langues.

 

  • La Fondation Nexity

Changer la place des jeunes filles dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville, c’est le défi que se sont lancées les associations Sport dans la Ville et Rêv’Elles. Les programmes L dans la ville et Rêv’Elles Ton Potentiel, complémentaires, ont deux approches différentes : le premier agit davantage en faveur de la mixité, sur les terrains sportifs et au sein de la société, tandis que le second propose des actions spécifiques pour les jeunes filles afin de favoriser leur épanouissement tant personnel que professionnel. Ces actions complémentaires permettent aux jeunes filles issues des quartiers prioritaires de la ville de devenir actrices de leur parcours et prendre la place qu’elles méritent dans la société.

 

La Fondation Nexity soutient également JobIRL, réseau d'orientation qui connecte les jeunes de 14-25 ans et des professionnels, particulièrement pour son programme « Connecte-toi à ton avenir » à Toulouse. Les classes de la quatrième à la terminale profiteront d’un accompagnement personnalisé, d’ateliers collectifs et de rencontres inspirantes, ciblés par niveau scolaire et par typologie de filière (voie générale, voie technologique et professionnelle).

 

 

La rédaction 

Fermer

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer