Aller au contenu principal
Par Carenews PRO - Publié le 10 mars 2021 - 16:00 - Mise à jour le 10 mars 2021 - 16:00
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Louise Fourquet, Baluchon: « Pour changer la norme, il faut un effet de masse et plus de visibilité »

Pour ce troisième épisode de la saison 5 de Changer la norme, Flavie Deprez reçoit Louise Fourquet, la présidente-cofondatrice de Baluchon. Créé en 2012, Baluchon est un traiteur solidaire et inclusif qui, au fil des années, s’est diversifié pour proposer d’autres activités en lien avec l’alimentation durable et l’inclusion par l’emploi.

Louise Fourquet (Baluchon) : « Pour changer la norme, il faut un effet de masse et plus de visibilité ».
Louise Fourquet (Baluchon) : « Pour changer la norme, il faut un effet de masse et plus de visibilité ».

 

C’est en 2012 que François Dechy, ancien banquier de la finance solidaire décide de « passer de l’autre côté » en créant une entreprise sociale. Il croise très vite sur sa route  Louise Fourquet. À l’époque salariée dans le secteur de la coopération culturelle, elle raconte : « J’ai voulu expérimenter d’autres façons de faire-ensemble (...) et j’ai très vite été séduite par ce projet qui est ma passion du dimanche : “la bonne bouffe”. » Depuis juillet 2020, Louise Fourquet est la présidente de l’entreprise agréée ESUS, après en avoir été la directrice générale

Une association et une SAS agréée ESUS

Baluchon est un « projet politique et social du “mieux-manger” et du “vivre-ensemble” », résume la présidente. Pour ce faire, il se décline en plusieurs activités. D’un côté, une SAS agréée ESUS et une entreprise d’insertion à laquelle sont intégrés trois établissements : un traiteur solidaire et inclusif, « le cœur du réacteur », qui représentait en 2019 85 % des ressources de la structure ; un restaurant « anti-gaspi » pour les publics précaires et un tiers-lieu inclusif à Montreuil. De l’autre, une association, « l’actionnaire de référence », qui porte deux établissements dont un incubateur d’entrepreneurs de l’alimentaire à Lille. 


À LIRE AUSSI : Le RADIS : « Se mobiliser n’est plus seulement un choix mais une obligation morale »


« 2021 : l’année du grand saut dans le vide »

Pour Louise Fourquet, le secteur du traiteur a considérablement évolué depuis quelques années : « Avant, il fallait convaincre que l’engagement social et environnemental n’était pas forcément en décalage avec la qualité de la prestation. Aujourd’hui, on n’en est plus du tout là. » Cependant, pour faire face aux conséquences de la crise sur leur activité d’évènementiel, le groupe d’entreprises sociales souhaite diversifier son activité :

2021, c’est l’année du gros risque, du grand saut dans le vide puisque les perturbations sur le secteur ne vont pas s’arrêter d’un coup. 

C’est pourquoi Baluchon anticipe les effets de la crise à moyen et long termes en s’implantant, pour l’instant, sur le marché de la restauration collective et d’entreprise. Une stratégie qui semble porter ses fruits puisqu’elle a récemment inauguré sa première cantine au sein d’un grand groupe. 

(Re)découvrez les épisodes de Changer la norme sur la thématique de l’alimentation durable et responsable 

Louis Jacquot (Les Cuistots Migrateurs) : « Nous permettons aux entreprises de donner un sens à leurs évènements »

Donia Souad Amamra (Meet My Mama) : « Inspirer et former les femmes »

Boris Tavernier (VRAC) : « Les appels à projets génèrent une certaine précarité »

Jean Moreau (Phenix) : « On est comme une banque alimentaire 2.0 »

 

* Changer la norme est soutenu par la Fondation Entreprendre.
Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer